Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2001 7 20 /05 /mai /2001 05:05

26 juin 2012


André Coulée, ancien aumônier à l’équipe panafricaine,  nous a quittés


Sur   http://www.precheurs.be/


Le frère André Coulée est né le 1r février 1929 à Ath en Belgique. Il est l’aîné de quatre enfants. Il passe toute sa jeunesse dans cette même ville à l’école primaire St Joseph des Frères de la Doctrine Chrétienne, puis au Collège épiscopal St Julien où il termine ses gréco-latines en juin 1946. Très actif dans le mouvement de la Jeunesse Estudiantine il organise, pendant les années de guerre, des camps de vacances en même temps qu’il prend des responsabilités dans la paroisse St Julien où il est à la fois cérémoniaire et sonneur de cloches.


Après un dernier camp à Tintigny, il entre au couvent de la Sarte à Huy où il commence son noviciat le 7 octobre 1946. Profès simple le 7 octobre 1947, il suit le programme des cours de philosophie et de théologie, études arrêtées pendant presque deux ans en raison de son service militaire qui, à l’époque, durait 18 mois.

Ordonné le 1r août 1954, il termine ses études en juin 1956 avec le diplôme de Lecteur en théologie et entre immédiatement dans le ministère de la prédication dans villes et villages, à cette époque de renouveau des « missions paroissiales » où il séjourne de deux semaines à 1 mois avec d’autres « missionnaires » en prêchant et visitant les habitants.


Au cours de ce qui est sa dernière « mission paroissiale » dans la ville de Tours, avec une centaine d ‘autres prédicateurs, il reçoit de son prieur provincial l’ordre de partir en Afrique, en République Démocratique du Congo (appelé à l’époque le Congo Belge), dans le diocèse dominicain de Niangara, dans l’Uélé. Il y part le 12 février 1959. Il est alors affecté à Medjé, puis fonde avec le frère Pierre François la mission de Neisu, avant d’être affecté à celle de Rungu.


Il rentre alors en Belgique en juillet 1963, les mains vides et sans bagage, époque troublée qui vit en novembre 1964 l’assassinat de 13 frères prêcheurs.

En 1964 il repart alors à Kinshasa : il y prêche des retraites aux élèves du secondaire tant dans la ville que dans d’autres diocèses.


Il quitte le Congo en juillet 1967, reste quelque temps en Belgique, puis s’engage au Cameroun dans l’équipe des aumôniers du secondaire à Yaoundé la capitale. Il y est responsable de la catéchèse dans quelques lycées et collèges, et prend des responsabilités locales, puis nationales, puis régionales dans l’organisation de la Jeunesse Etudiante Chrétienne, le seul mouvement pouvant opérer ouvertement dans ce pays à cette époque. Il y reste jusqu’en août 1980.


Rentré en Belgique, il travaille à Entraide et Fraternité et organise à Dworp, près de Bruxelles, le premier conseil panafricain de la JEC. Il y accepte la responsabilité de l’aumônerie de la J.E.C. pour toute l’Afrique, avec mandat d’animer l’équipe de coordination panafricaine à Nairobi. C’est ainsi qu’il s’installe dans un quartier de Nairobi en décembre 1982, organisant dans une seule maison l’équipe de coordination formée de quatre puis de trois jeunes étudiants de nationalités diverses. Ils y vivent dans la meilleure convivialité possible.


Pendant près de 10 ans, il en est l’animateur ; la moitié de l’année se passe en visites des pays dans lesquels le mouvement JEC existe ou est près d’être fondé. C’est ainsi qu’il se « promène » dans 34 pays d’Afrique et participe à des conseils mondiaux de la JEC, tant en Europe qu’au Canada, à Hong-Kong, ou à des conseils inter-continentaux à Paris, Lima, et des conseils panafricains à Dakar, Abidjan, Nairobi, ou des  sessions intercontinentales notamment à Bangalore, en Inde, etc.


Le 13 février 1992 il rentre en Belgique ayant été élu prieur de la communauté dominicaine de Froidmont, à Rixensart. Fin décembre 1994 il est élu vicaire général du Vicariat général saint Thomas d’Aquin en Belgique puis réélu en 1998, responsabilité qu’il garde jusqu’en novembre 2002. Pendant cette période il a notamment été le maître d’ouvrage de la restauration du couvent dominicain de Bruxelles.


Le chapitre vicarial de novembre 2002 le nomme à la charge dominicaine de « maître des frères en formation » au couvent de Froidmont. Il quitte cette charge lorsqu’il est élu prieur de ce couvent le 5 décembre 2005.


Il est en  même temps responsable de l’accueil des groupes à l’hôtellerie de Froidmont, charge qu’il exerce jusqu’à la fermeture du dit couvent en juillet 2009.


Le 1r septembre 2009 il est assigné à la nouvelle communauté de Liège où il réside actuellement.


img217.jpg

 

Quelques photos


En Afrique

En 1988, André était aumônier  de l’équipe panafricaine de la JEC (basée à Nairobi).
Il est venu rendre visite aux jécistes de Libreville. Quelques photos (voir plus bas).

 

L’AJAF

André, depuis la Belgique, participait régulièrement aux réunions de l’Association des Jécistes Africains en France (AJAF) jusqu’au moment où des responsabilités importantes lui furent confiées au niveau de son ordre (les dominicains).

Voir AJAF :

 http://joie2.over-blog.com/article-l-ajaf-63619109.html

et

http://joie2.over-blog.com/article-l-ajaf-suite-63619546.html

 


 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by RAJA - dans reseau-raja
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Réseau des Anciens Jécistes d'Afrique
  • Réseau des Anciens Jécistes d'Afrique
  • : Ce blog permet aux anciens jécistes d'Afrique de se dire les uns aux autres ce qu'ils font en continuité avec l'idéal qu'ils poursuivaient quand ils étaient dans la JEC, sur les bancs du lycée ou de l'université : construire le Royaume de Dieu. Que ton règne vienne sur la terre comme au ciel !
  • Contact

Recherche

Articles Récents