Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2001 7 20 /05 /mai /2001 04:00

 

 

 1ère lecture : L'amour du Seigneur pour son troupeau (Ez 34, 11-16)


Lecture du livre d'Ézékiel

Parole du Seigneur Dieu : 
Maintenant, j'irai moi-même à la recherche de mes brebis, et je veillerai sur elles.
Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j'irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de brouillard et d'obscurité.
Je les ferai sortir des pays étrangers, je les rassemblerai, et je les ramènerai chez elles ; je les mènerai paître sur les montagnes d'Israël, dans les vallées, dans les endroits les meilleurs.
Je les ferai paître dans un bon pâturage, et leurs prairies seront sur les hauteurs d'Israël. Là, elles se reposeront dans de belles prairies, elles brouteront dans de gras pâturages, sur les monts d'Israël.
C'est moi qui ferai paître mon troupeau, et c'est moi qui le ferai reposer, déclare le Seigneur Dieu.
La brebis perdue, je la chercherai ; l'égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la soignerai. Celle qui est faible, je lui rendrai des forces. Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je la ferai paître avec justice.

 

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Jésus disait cette parabole :
« Si l'un de vous a cent brebis et en perd une, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il la retrouve ?
Quand il l'a retrouvée, tout joyeux, il la prend sur ses épaules, et, de retour chez lui, il réunit ses amis et ses voisins ; il leur dit : 'Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !'
Je vous le dis : C'est ainsi qu'il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de conversion. »

--------------------

 

Homélie

 

Tout au long des pages de la bible, nous voyons combien Dieu nous aime.

C’est presque banal de dire cela, et en même temps, nous entendons parfois certaines réflexions qui nous montrent que tout le monde n’a pas encore compris.

Pourtant, Jésus parlait un langage compréhensible par tous ses contemporains. Et même nous, ici à Paris, nous pouvons comprendre. Bien sûr, ce n’est pas tous les jours qu’une brebis s’égare : dans le 5ème, un berger qui a 100 brebis et qui en perd une, c’est assez rare !

Aujourd’hui, Jésus aurait peut-être pris l’exemple de cette jeune fille complètement affolée à la gare du Nord : sa mère, qui vient d’arriver en France, pour la première fois, était chez un autre enfant dans le nord. On l’avait amenée  la bas en voiture, elle revient seule en train. Mais à l’arrivée, la mère et la fille ne se retrouvent pas. Il y a quelques années, il n’y avait pas encore de portables. La fille, dans tous ses états ameute tout le monde, et finit par obtenir une annonce au micro. Plus de peur que de mal, elles se retrouvent, mais la fille a mis un moment à se remettre de sa frayeur…


Ou bien, un autre exemple : c’était à Belle épine, un centre commercial pas très loin d’ici. Il y a un magasin Carrefour, sur trois étages. Je stationne sur un immense parking, au niveau du 3ème étage. Au loin, j’entends  des cris. C’était en hiver, il faisait déjà nuit. Que se passe-t-il ? En approchant, je comprends que c’est une mère qui a perdu son enfant. On s’organise pour faire les allées du parking, mais pas d’enfant. On retourne dans  le magasin. Et assez vite, Dieu merci !, un vigile arrive avec un enfant dans les bras. Il l’avait retrouvé à l’étage en dessous ! Vous imaginez la joie de la maman… 


C’est avec des exemples pris ainsi dans la vie de tous les jours que Jésus essayait de nous faire comprendre que Dieu nous aime aujourd’hui, mais pas seulement aujourd’hui…

La brebis perdue et retrouvée fait écho à Ezéchiel : « J’irai moi-même à la recherche de mes brebis, et je veillerai sur elles. Je les mènerai dans les endroits les meilleurs. Elles se reposeront dans de belles prairies… » Je ne vais pas relire toute la première lecture…

Le berger dont parle Ezéchiel, dont parle Jésus  s’occupe  de ses brebis aujourd’hui, et demain, et pour les siècles des siècles !

C’est au futur : elles reposeront… D’autres images, dans Isaïe,  nous parlent de vins capiteux, de viandes succulentes. C’est aussi bien que les belles prairies… Et Jésus lui-même  nous dit : « Je m’en vais vous préparer une place ».

Alors, dés aujourd’hui, nous rendons grâces à Dieu ! 

Gérard Warenghem

 

 

timthumb.jpg

 

 

garedunord.jpg

 


Partager cet article

Repost 0
Published by RAJA - dans reseau-raja
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Réseau des Anciens Jécistes d'Afrique
  • Réseau des Anciens Jécistes d'Afrique
  • : Ce blog permet aux anciens jécistes d'Afrique de se dire les uns aux autres ce qu'ils font en continuité avec l'idéal qu'ils poursuivaient quand ils étaient dans la JEC, sur les bancs du lycée ou de l'université : construire le Royaume de Dieu. Que ton règne vienne sur la terre comme au ciel !
  • Contact

Recherche

Articles Récents